Portraits

A la rencontre de Jasmine, fan de vintage qui rêve d’ouvrir sa friperie

j22

Samedi dernier, j’ai quitté ma couette douillette pour affronter le froid parisien et rencontrer Jasmine, une meuf trop cool avec qui je partage la même passion: le vintage.

Jasmine m’a accueillie chez elle, un appart trop mignon du 18e avec vue sur la Tour Eiffel (elle a refusé d’échanger avec mon deux-pièces avec vue sur l’étendoir à slips du voisin, incompréhensible) et décoré avec goût, entre récup’ maligne et objets kitshissmes.

Si je vous parle de Jasmine (entre nous, elle a pas le prénom le plus cool du monde?), c’est parce qu’elle a décidé de se lancer dans une sacrée aventure: ouvrir sa friperie dans la capitale. Et ouais. J’ai entendu parler de son projet par le biais d’une copine et j’ai trouvé ça tellement génial que j’ai immédiatement eu envie de la contacter pour lui filer un coup de main. Pas parce que « ça fait bien » ou que « c’est une pote » (je rappelle que je l’ai rencontrée samedi dernier, dans le froid parisien, blabla), mais parce que je crois sincèrement qu’elle a un potentiel incroyable et surtout, une vision et un rapport au vintage qui me parlent.

Fille d’antiquaire, elle a pour ambition de créer un lieu unique entre friperie et atelier (madame a une formation mode et a notamment bossé pour Carven), avec une sélection originale à un prix cool (« entre 8 et 50 euros » m’a-t-elle dit, ce qui est franchement top) et la possibilité de retoucher, créer, repriser des pièces sur place. TROP. COOL.

Bref, elle vous dévoile son univers et son rêve sur son Kiss Kiss Bank Bank – ou pour ceux qui ne savent pas ce que c’est,  coucou maman, sa cagnotte en ligne – où il lui manque, à l’heure où j’écris, 4815 euros à récolter. Je vous invite chaudement à cliquer, à lire ce qu’elle a à vous dire et, si vous êtes convaincus, à donner un p’tit quelque chose pour la soutenir ou à envoyer le lien à vos proches. Pourquoi? PARCE QUE Y’EN A MARRE DES FRIPERIES IMPERSONNELLES  OÙ ON VEUT TE VENDRE DU ZARA ET DES VESTES DÉCHIRÉES A 100 EUROS, MERDE.

En attendant de retrouver mes esprits, je vous laisse avec les photos de notre rencontre, lors de laquelle on a littéralement vidé son placard  (peut-on parler de cette veste Moschino perlée svp? My heart skipped a beat), discuté imprimés foufous des 80’s et bu des litres de café. A bientôt ! 🙂

j1j7j3j11j10j6j2j4j8

j20j12j13j14j16j17j18j19j15

Publicités

2 réflexions au sujet de « A la rencontre de Jasmine, fan de vintage qui rêve d’ouvrir sa friperie »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s